A ce jour, peu de pays disposent de réseau de veille sanitaire permettant de collecter de façon spécifique les données d'intoxications liées à la ciguatéra.

Toutefois, face à l'expansion du phénomène toxique à l'échelle mondiale des initiatives locales, régionales et internationales visant à améliorer le décompte des cas

et à identifier les zones et espèces locales à risque sont en train d'émerger.

 
 
Réseau de surveillance de la Ciguatéra en Polynésie française

En 2007, l'Institut de recherche Louis Malardé, en collaboration avec la Direction de la Santé de Polynésie française, ont mis en place un réseau de surveillance épidémiologique uniquement dédié à la ciguatéra, couvrant l'ensemble du territoire polynésien. Ce réseau repose sur la participation des professionnels de la santé et de la population, invités à déclarer chaque cas de ciguatéra porté à leur connaissance.

 

Du fait, notamment, de son importante prévalence, la ciguatéra ne figure pas sur la liste des pathologies à déclaration obligatoire en Polynésie française. Le travail de signalement repose donc uniquement le bon vouloir du déclarant.

 

Il existe plusieurs façons de déclarer une Ciguatéra

Toutes les déclarations sont conservées et traitées de façon anonyme au sein du Laboratoire des Biotoxines Marines de l'Institut Louis Malardé à des fins de veille sanitaire et de surveillance épidémiologique.

 

Réseau de surveillance de la ciguatéra en Polynésie française

 

 

Formulaires de déclaration (Polynésie française)

    Formulaire générique (sans carte associée):        
   

Formulaires avec carte associées (par archipel):

       
                   
                SOCIETE                                                                           
      Bora Bora Huahine Maupiti Moorea Raiatea Tahaa Tahiti Tetiaroa
                     
    AUSTRALES            
      Raivavae Rapa Rimatara Rurutu Tubuai      
                     
    GAMBIER            
      Mangareva              
                     
    MARQUISES            
      Fatu Hiva Hiva Oa Nuku Hiva  Tahuata Ua Huka Ua Pou    
                     
    TUAMOTU            
      Ahe Amanu Anaa  Apataki Aratika Arutua Faaite Fakahina
      Fakarava  Fangatau Hao Heretue Hikueru  Hiti Katiu Kauehi
      Kaukura Makatea Makemo Manihi Marokau Mataiva  Napuka Niau
      Nihiru Nukutavake Puka puka Pukarua Rangiroa Raraka Raroia Reao
      Taenga Takapoto Takaroa Takume Tatakoto Tematangi Tepoto Tikehau
      Tuanake Tureia Vahitahi Vairaatea        
                     

 

Bilans annuels (Polynésie française)

    2019 en images
   

 

Cas déclarés par îles en 2019

 

 

 

 

 

Familles de poissons impliquées dans les cas de ciguatéra déclarés en 2019. (bleu foncé: nombre de cas; bleu clair: nombre d'évènement toxique)


 

   

Bilan 2018

   

Bilan 2017

   

Bilan 2016

   

Bilan 2015

   

Bilan 2014

   

Bilan 2013

Nombre d'intoxications déclarées par île

Poissons responsables des intoxications

   

Bilan 2012

Nombre d'intoxications déclarées par île

Poissons responsables des intoxications

   

Bilan 2011

Nombre d'intoxications déclarées par île

Poissons responsables des intoxications

    Bilan 2010

Nombre d'intoxications déclarées par île

Poissons responsables des intoxications

   

Bilan 2009

Nombre d'intoxications déclarées par île

Poissons responsables des intoxications

   

Bilan 2008

Nombre d'intoxications déclarées par île

Poissons responsables des intoxications

 

USA
Base de données Harmful Algae Event database de l'IOC-UNESCO

                  

HAEDAT est une base de données internationale de cartographie et d'information sur les évènements liés au algues nuisibles, dont la Ciguatéra, et les réseaux de surveillances associés.

Elle a été mise en place par La Commission Océanographique Intergouvernementale de l'UNESCO en coopération avec WoRMS, l'ICES, PICES, l'IAEA et ISSHA.

Cas de ciguatéra déclarés dans la base de données HAEDAT (avril 2020). Plus de détail ici.

 

Caraïbes et Antilles Française

   

Dans les Caraïbes la surveillance de la Ciguatéra est assurée par  la Caribbean Public Health Agency (CARPHA).

   
 

Télécharger le Rapport inaugural de la CARPHA (2013)

   
      

Aux Antilles française, la surveillance est assurée par l'Agence de Santé ARS

   
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger l'Affiche d'information de l'ARS.

   

 

Europe
Asie - Pacifique

      Peu de pays de la région Asie-Pacifique, pourtant très touchés par la ciguatéra, disposent d'un système de surveillance de l'affection. Cette tendance est en train de s'inverser grâce à la mise en place d'initiatives nationales et régionales:
          
                   
    A FIDJI, les cas de ciguatéra doivent être signalés au National Notifiable Disease Surveillance System (NNDSS)  
       
    A HONG KONG, la ciguatéra est à déclaration obligatoire: les données sont accessibles sur le site du Gouvernement  
       
   

En 2019, l'AUSTRALIE a démarré un programme national de gestion du risque lié à la ciguatéra, impliquant la mise en place d'une surveillance épidémiologique.

Télécharger le Plan Stratégique de Recherche et de

Surveillance de la Ciguatéra en Australie

 
       
       

 

 

 

FaLang translation system by Faboba